Rénovation des copropriétés : exemple d’accompagnement des « pourquoi pas »

Engager la rénovation thermique d’une copropriété demande aux copropriétaires de se mettre collectivement d’accord : les travaux coûtent chers et la prise de décision collective n’est pas simple ! Dans le cadre de City-zen, l’Agence Locale de l’Énergie et du Climat de la métropole grenobloise – ALEC, a souhaité expérimenter un nouveau format d’intervention pour aider ceux qui hésitent à prendre leur décision.

Pour entrer dans le sujet de manière positive

Le quartier ciblé pour cette intervention était un quartier à fort potentiel de rénovation : beaucoup de copropriétés des années 70, sans ou avec très peu d’isolation. Les habitants étaient conviés un samedi matin à venir rencontrer une habitante d’une copropriété du quartier ayant terminé ses travaux de rénovation depuis 4 ans et 2 autres habitants d’une copropriété voisine, en travaux. Un temps en salle, au chaud, prévu pour échanger dans de bonnes conditions, précédait un temps de visite de la copropriété en travaux.

Accueillis autour d’un « petit déjeuner », les participants étaient ensuite invités, s’ils le souhaitaient, à se projeter et à écrire une carte postale : « racontez à vos amis, vos enfants comment c’est après les travaux, imaginez ! ». Ce temps était très largement inspiré des échanges City-zen autour du storytelling, vécu à Manchester en 2017 !

Les participants ont très majoritairement joué le jeu et cette entrée en matière a permis d’instaurer un climat positif, permettant à chacun d’imaginer les bonnes raisons qu’il aurait d’engager des travaux de rénovation : la fierté d’habiter une belle copropriété est un argument qui ressort majoritairement.

Un temps d’échange objectif

Le temps d’échange en salle était conçu en format « table ronde ». Il avait été préparé avec les intervenants dans l’idée qu’ils racontent leur vécu, les moments positifs comme les difficultés rencontrées : la fierté d’habiter un immeuble rénové, les gains en confort et parfois sur la facture, les simulations des coûts et aides pour chacun mais également l’implication chronophage du conseil syndical, les nuisances du chantier, les difficultés de dialogue parfois avec les ouvriers…

Un expert technique de l’ALEC a également pu préciser certains points, notamment les retours d’une enquête réalisée auprès de 13 copropriétés en chauffage collectif dont les consommations ont été comparées avant et après travaux, suite à l’opération MurMur1.

L’ALEC a pu présenter les différentes étapes de l’accompagnement des copropriétés proposées à celles qui souhaitent engager des travaux de rénovation aujourd’hui. Une élue de la commune a pu exprimer l’importance qu’elle accorde à ces projets et le soutien financier mis en place par la ville.
Etre réaliste et ne pas masquer les difficultés renforce d’autant plus le poids des arguments positifs. Les participants ont été sensibles au fait que l’ALEC ne « vende » pas à tout prix la rénovation énergétique.

Et du concret

La matinée s’est terminée par une visite de la copropriété voisine, dont une façade était terminée et l’autre en chantier : la trentaine de participants a pu, de ses propres yeux, voir le bénéfice esthétique de la rénovation et visualiser les choix techniques retenus.

Contact : genevieve.goubel@alec-grenoble.org

print
  • Le projet

    Une ville qui fonctionne entièrement avec des énergies propres. En théorie, c'est possible. Mais dans la vie réelle? Comment intégrer de nouvelles solutions dans les bâtiments existants, les systèmes et la vie des gens ? Quels sont les obstacles techniques, économiques ou sociaux? Et comment les surmonter? C'est ce que nous avons appris en faisant pour 20 projets à Grenoble et à Amsterdam.

  • Nos activités

  • Les résultats atteints

    • 20 innovations à Grenoble & Amsterdam
    • 35 000 tonnes de CO2 économisées par an
    • 76 000 m² de surface rénovée
    • 10 000 logements connectés à un réseau intelligent