Mise en place d’un système de refroidissement durable réussie grâce à des facteurs sociaux.

La société néerlandaise de distribution de l’eau et la banque de sang unissent leurs forces pour une nouvelle source de refroidissement durable et rentable.

[Un article écrit par Pien Esmeijer,étudiante à l’université VU d’Amsterdam – Sciences, commerce et innovation, à l’occasion de son stage de fin d’études et de sa thèse]

Comme tout le monde le sait, l’énergie obtenue à partir de matières fossiles n’est pas inépuisable, en tout cas pas dans les proportions utilisées actuellement. Pour exemple, l’utilisation et la demande de froid augmente pour nos bâtiments et la tendance ne s’inversera pas avec le réchauffement climatique. Il est temps pour nous de rechercher et de mettre en œuvre des technologies de refroidissement provenant de sources d’énergie alternatives dans le but d’une transition vers un monde plus durable. À Amsterdam, nous le faisons d’une manière très spéciale qui a un grand potentiel de développement.

En octobre 2017, les pionniers Waternet et la banque de sang Sanquin ont mis en place un système de refroidissement innovant dans l’un des bâtiments de Sanquin (site Plesmanlaan) à Amsterdam, impliquant du froid provenant de l’infrastructure publique d’eau potable. Le froid est extrait de l’eau potable publique pour la climatisation de ce bâtiment et pour le refroidissement des circuits pharmaceutiques, nécessaires à la fabrication des médicaments. L’utilisation du système permet d’économiser environ 1100 tonnes de CO2 par an, ce qui représente plus de 2% de l’empreinte climatique actuelle de Waternet. Une économie de CO2 de 8% s’applique à Sanquin. La technologie d’extraction de l’énergie thermique de l’eau, combine l’utilisation de techniques déjà bien connues telles qu’un échangeur de chaleur et un système de stockage de l’énergie thermique de l’aquifère (ATES), mais elle n’est pas encore abondamment utilisée dans les processus de refroidissement à cette échelle.

Avec la mise en place d’un tel système, une situation gagnant-gagnant a été créée, car en extrayant le froid, la température de l’eau potable qui retourne à l’infrastructure des conduites d’eau potable augmente. Ainsi, les résidents des environs ont besoin de moins d’énergie pour chauffer l’eau domestique.

S’il s’agissait déjà d’une technique bien connue et, de surcroît, avec une rentabilité favorable, pourquoi n’est-elle pas encore largement acceptée? La mise en œuvre de cette technologie dans le cadre du projet Waternet-Sanquin a été un grand succès, car en plus des conditions techniques favorables, des barrières sociales cruciales ont été surmontées. Vous êtes impliqué dans un projet technique similaire et vous vous demandez comment vous pourriez faire en sorte que le projet soit un succès? Pour vous en tant qu’innovateur, nous avons établi une « check-list » pour une mise en œuvre réussie et pour vous montrer comment combler le fossé entre la technique durable et vous.

Pour l’instant, faisons un zoom sur les aspects sociaux. Il y a 4 questions cruciales, concernant les aspects sociaux qui doivent être prises en compte et auxquelles il faut répondre pour vous permettre de mettre en œuvre le système avec autant de succès que Waternet et Sanquin.

Pour en savoir plus:

print
  • Le projet

    Une ville qui fonctionne entièrement avec des énergies propres. En théorie, c'est possible. Mais dans la vie réelle? Comment intégrer de nouvelles solutions dans les bâtiments existants, les systèmes et la vie des gens ? Quels sont les obstacles techniques, économiques ou sociaux? Et comment les surmonter? C'est ce que nous avons appris en faisant pour 20 projets à Grenoble et à Amsterdam.

  • Nos activités

  • Les résultats atteints

    • 20 innovations à Grenoble & Amsterdam
    • 35 000 tonnes de CO2 économisées par an
    • 76 000 m² de surface rénovée
    • 10 000 logements connectés à un réseau intelligent