City-zen Days : refroidissement à partir d’eau potable

L’utilisation de l’eau pour le chauffage et le refroidissement n’est pas une idée nouvelle. Sa mise en œuvre à grande échelle, cependant, est un tout autre scénario. L’une des démonstrations de City-zen a consisté à découvrir ce qu’il faudrait pour que cela soit possible. Lors des City-zen Days, la présentation de la banque de sang néerlandaise Sanquin et de la compagnie des eaux Waternet a révélé différentes perspectives et idées communes acquises.

Télécharger les presentations.

Barrières et ponts

Tout d’abord, Otto Reinstra de Waternet nous a expliqué le pourquoi, le comment et le quand du refroidissement à l’eau potable. La puissance du concept dans sa forme la plus élémentaire est rapidement devenue claire. Cependant, les obstacles possibles l’ont été aussi. « Pour l’instant, dit Otto, le refroidissement par l’eau potable présente des risques considérables à long terme. Il n’est donc guère surprenant que le concept n’ait pas encore été déployé à grande échelle ». Heureusement, les facteurs de succès clairs et réalisables étaient beaucoup plus nombreux que les obstacles. En outre, la plupart des facteurs de succès semblaient reposer sur des changements d’approche et d’attitude plutôt que sur des questions techniques insolubles.

© brenda de vries 2019

De sang-froid

Sanquin, dont les activités principales sont la production et la fourniture de produits sanguins et plasmatiques, s’est associé à Waternet pour découvrir quels seraient les avantages et les inconvénients de l’application du concept à une usine pharmaceutique. Roy van der Mark, consultant interne chez Sanquin, a dévoilé les changements déjà mis en œuvre et le schéma directeur pour le refroidissement en 2030.

En parcourant les résultats et les tableaux, Roy a souligné que la mise en œuvre réussie du concept permet en fait d’améliorer le « temps de fonctionnement » du processus de refroidissement. Cela réduit considérablement le risque opérationnel – et comme le « risque à long terme » est l’un des plus grands obstacles identifiés précédemment par Otto Reinstra, ce temps de disponibilité amélioré pourrait être un facteur décisif pour que les parties adoptent ce concept. D’autres facteurs ont malheureusement atténué le succès du projet pilote ; des problèmes pratiques imprévus, tels que la construction d’une plate-forme supplémentaire pour assurer l’accessibilité à l’entretien et l’augmentation de la production, qui ne se sont pas concrétisés, ont prouvé qu’il s’agissait vraiment d’un territoire inexploré.

© brenda de vries 2019

La nouvelle forme de l’eau

Avec les leçons techniques et de gouvernance apprises entre nos mains, Sanquin peut soigneusement passer à l’étape suivante. Waternet, dans sa transformation de société de distribution d’eau en fournisseur d’énergie, peut ajouter les connaissances acquises dans le cadre d’autres projets pilotes (p. ex. refroidissement à l’eau de rivière). Bien qu’il y ait une forte dépendance à l’égard des parties désireuses d’investir dans cette entreprise à long terme, il semble qu’il y ait un bel avenir de refroidissement avec l’eau devant nous.

Télécharger les presentations

print

  • Le projet

    Une ville qui fonctionne entièrement avec des énergies propres. En théorie, c'est possible. Mais dans la vie réelle? Comment intégrer de nouvelles solutions dans les bâtiments existants, les systèmes et la vie des gens ? Quels sont les obstacles techniques, économiques ou sociaux? Et comment les surmonter? C'est ce que nous apprenons en faisant pour 20 projets à Grenoble et à Amsterdam.

  • Nos activités

  • Les résultats attendus

    • 20 innovations à Grenoble & Amsterdam
    • 35 000 tonnes de CO2 économisées par an
    • 76 000 m² de surface rénovée
    • 10 000 logements connectés à un réseau intelligent